fbpx

Conscience sur les symptômes physiques et mentaux

Le yoga pour l’insomnie pour les temps qu’on vive comprendre quelques principes à être intégrés avant d’une pratique physique.

Imaginez-vous réveiller tôt le matin.

Voues êtes complètement reposé, plein d’énergie.

Vous entendez des gens autour de vous dire qu’au cours des dernières semaines “vous avez l’air plus heureux et plus jeune”.

C’est comme ça…

Quand vous êtes reposé, vous vous sentez vivre au cœur de votre authenticité vitale ! Et le yoga agis comme cela directement sur l’insomnie.

Selon la psychologie du yoga, il s’agit d’une question de prendre soin de soi (self care) et de decider le faire.

Dans l’article suivant je vous invite à observer les particularités de ce mal moderne, les troubles de sommeil.

Je vous aiderai à analyser certains points pour éviter des cycles d’habitudes qui ne vous laissent plus dormir.

Savez-vous si vous souffrez d’insomnie ?

“L’insomnie est le trouble du sommeil le plus fréquemment rapporté” (Pradhan B., 2020).

Il s’agit d’une difficulté à s’endormir ou à rester endormi -profondément- et peut se manifester par un réveil trop tôt le matin (vers 3h00 par exemple) assorti d’une incapacité à se rendormir.

L’insomnie est dite chronique lorsqu’elle se manifeste au moins 3 fois par semaine depuis au moins 3 mois.

Les raisons sont diverses et liées à la façon dont vous vivez votre vie.

Facteurs Mentaux, Émotionnels et Physiques de l’insomnie

Si vous vous identifiez comme une personne qui ne dort pas bien, sachez que vous pouvez être dans un cercle vicieux qui se déroule via 3 facteurs:

  • Manque de contrôle du mental (penser beaucoup et vite),
  • Manque de gestion des émotions et des stimuli (comme la douleur et le manque de sécurité),
  • Incapacité à revitaliser le corps (surexcitation et fatigue exacerbées)

La yoga thérapie considère que ce dont vous avez besoin, c’est de l’énergie vitale ou du prana. Meme pour gérer la douleur, il faut gérer le prana.

Les pensées sont de l’énergie, et penser trop épuise votre corps physique.

Vous avez besoin de cette énergie pour vous re-créer et pas pour vous détruire.

Observez comment ces facteurs sont compris dans votre dynamique quotidienne.

Ce qui occupe le mental peut être « retiré »

Il y a 3 variantes similaires dans les pensées qui ne laissent pas dormir certains patients:

  • Inquiétude pour leur situation de travail – conflits des intérêts et stress au bureau, manque de travail et incertitude.
  • Mémoires anxieuses du passé ou actuelles – conflits familiaux, sociaux, peine, deuil, honte, incertitude.
  • Pensées anxiogènes automatiques et rapides – non liées à un problème mais aux attentes quotidiennes.

Dans mes séances, je leur apprend à observer les pensées sans attachement. Ils apprennent aussi à développer leur capacité à les retirer.

Ils ont eu beaucoup de réussite car la respiration qui accompagne cet exercice les revitalise.

Tout au long le processus, ils comprennent où se forment tous leurs soucis psychiques.

Ce type de méditation prend du temps à être intégré au moment d’aller dormir. Mais avec la pratique, vous arrivez à observer les pensées anxiogènes sans attachement pendant la journée.

Cela devient un automatisme sain.

Facteurs émotionnels : Les comportements qui gèrent les émotions – et le sommeil

Si je vous demande, pourquoi buvez-vous du vin/fumez-vous/mangez-vous trop ?

Quelle serait votre réponse ?

C’est pour le plaisir ?,

Pour vous sentir à l’aise ?,

Pour oublier ?,

Ou pour vous déstresser ?

C’est à dire, vos comportements deviennent vos habitudes de vie.

Vous croyez que vos habitudes vous aident à soulager un vide dans votre existence.

Un grand partie de cette manque de calme apparait pendant la nuit. Et c’est liée à votre besoin de “découvrir” comment vous allez y arriver. Mais au meme temps, c’est votre système nerveux chargé de ce que vous avez vécu pendant la journée.

De toute façon, vous n’allez pas trouver des réponses dans un état d’alerte comme celui la.

Voyons un autre exemple :

Face à la question de quelles sont leurs habitudes malsaines au quotidien, un grand nombre de mes patients répondent :

  • Boire du café très souvent, « pour me focaliser »
  • Fumer, « pour me calmer »
  • Travailler sans arrêter, « pour être payé »
  • Sauter les repas, « pour travailler »
  • Procrastiner, « car je n’ai pas le temps »
  • Penser faire tout rapidement, « parce qu’il n’y a pas le temps »
  • Passer du temps devant les écrans ,« pour me donner de l’air ».

Alors, dans plusieurs cas, le temps est un élément très important pour completer vos activités.

Mais, vous ne mettez pas la priorité sur le temps de repos. C’est normale! La mémoire est fragile et le mental toujours s’agite.

Je vous explique pourquoi :

Le sommeil est un luxe dans notre société. Avoir le temps pour dormir est un luxe.

Lorsque vous avez le temps, vous préférez «sortir», «faire du sport», «socialiser», «faire ce que vous ne pouviez pas finir avant», et très rarement vous reposer.

Quand vous décidez intégrer une routine de yoga pour l’insomnie vous donnez la priorité à votre santé.

Des grands petits changement, et les plus difficiles pour l’insomnie

En conclusion, votre comportement quotidien et vos habitudes de réflexion dans des situations stressantes sont liés à la sur activation de votre système nerveux.

Lorsque le système nerveux est perturbé ou surexcité, il est plus difficile de se sentir calme et détendu.

En d’autres termes, un bon sommeil dépend de vos habitudes de comportement et de pensée antérieures. Le yoga pour l’insomnie aide à faire cette observation fréquemment.

Prenez conscience de ce petit grand changement dans votre vie pour mieux dormir : vos habitudes.

C’est une question de priorités.

Prenez 3 minutes et vous demander : Est-ce que votre priorité d’aujourd’hui est de vous reposer?

Dans le deuxième article de cette série “Des habitudes selon le yoga pour soulager l’insomnie”, je vous invite à connaître les facteurs physiques et comportamentaux qui vous empêchent dormir bien. Vous allez comprendre quels sont les automatismes et les cycles conscients de vos habitudes.

Lisez l’article en cliquant ici.